Nous utilisons des cookies pour améliorer votre expérience de navigation
Ok Plus d'info

Testimonial VLAS

Commissariat VLAS

La police de Courtrai compte sur Ardovlam pour la sécurité du nouveau commissariat

Être présent discrètement et agir en cas de besoin. Telle est la mission des agents qui assistent à une manifestation ou à un match de footbal risqué. Ardovlam a également reçu cette directive, mais pour l'installation d'une protection incendie dans le nouvel immeuble de bureaux de la zone de police VLAS, qui est copieusement emballé aves des technologies intelligentes et durables. "D'autres corps et même des écoles viennent examiner plus proche notre concept", dit le commissaire Frank Maes.

La zone de police VLAS se compose des corps de Kuurne, Lendelede et Courtrai. Jusqu'en décembre 2018, chaque département avait son propre commissariat. C'est maintenant passé. Désormais, toutes les opérations sont gérées de manière fluide depuis un bâtiment central multifonctionnel. La nouvelle base d'opérations peut accueillir 300 policiers. "Le nouveau bâtiment doit servir les citoyens et soutenir au maximum les policiers dans leurs tâches quotidiennes", déclare Frank Maes.

Le commissariat est divisé en quatre zones de sécurité. Le zone public, semi-public, politière et critique. "Chaque salle et passage sont connectés de sorte que personne ne présente un risque pour la sécurité. Mais nous avons également eu attention pour le confort de notre personnel. Il y a partout des capteurs qui enregistrent le taux et les mouvements du CO. La température et l'éclairage sont adaptés en fonction des résultats mesurés afin que nous puissions toujours travailler dans des conditions optimales."

Techniques modernees cachées esthétiquement

Un système de gestion de bâtiment contrôle toutes les techniques de sécurité. "Prysm centralise tous les protocols courants, tels que le système KNX, la vidéosurveillance, le système d'interphone, les détecteurs d'incendie et le contrôle d'accès. Le logiciel est assez complexe, il est vraiment à la pointe de la technologie. L'un des avantages est qu'il peut lire et interpréter différents techniques sans être dépendant du matériel", explique Karel Declercq, responsable du projet chez Ardovlam.

Ardovlam était également responsable de la détection incendie. 700 détectuer et 2 centrales incendie ont été installés. Cela a rendu la tâche particulièrement difficile. "Par exemple, chaque policier dispose d'un casier avec une prise de courant permettant de recharger son ordinateur portable, son poste de travail ou sa lampe de poche.Il est de plus en plus courant que les chargeurs s'enflamment et nous avons donc dû trouver un moyen de les sécuriser. Nous avons résolu ce problème en plaçant un détecteur dans chaque casier."

Dans le réfectoire nous avons installé de la détecion incendie avec aspiration. L'espace est finalisé avec de panneaux de plafond. "Nous y avons intégré des détecteurs avec points d'aspiration capillaires. Ils sont presque invisible mais extrêmement efficaces", poursuit Karel.

Toute l'installation a été inspectée avant le déménagement. Il était d'ici peu évident que 10 sirènes supplémentaires étaient nécessaires. "Après tout, certains aspects peuvent avoir un impact au niveau sonore, tels que le revêtement de sol, les rideaux et le normbre de portes coupe-feu. Vous pouvez difficilement estimer cela d'avance. Nous l'avons, bien sûr, adapté pour que l'alarme soit audible partout."

Beaucoup d'intérêt et de potentiel

Le nouveau commissariat a ouvert ses portes au public à la fin de 2018. C'est un parangon. "Des corps de police de tout le pays viennent s'inspirer. Même les écoles viennent visiter! Le gouverneur, à son tour, voit des possibilités d'élargir le commissariat à un centre de crise provincial. Il y a assez d'espace, car nous pouvons élargir avec un étage supplémentaire", conclut le commissaire avec enthousiasme.